A l’occasion de la sortie de “No Pain No Gain” de Michael Bay, focus sur les secrets de tournage du film.

Michael Bay © Paramount Pictures France

 

Premier essai de Michael Bay dans un autre registre que le blockbuster…

Réalisateur à qui l’on doit de nombreux cartons au box-office comme Armageddon ou la franchise Transformers, Michael Bay nous a habitués à des films musclés et explosifs… No Pain No Gain contraste ainsi avec le reste de sa filmographie, puisqu’il s’agit d’un long métrage ayant d’une part coûté peu cher (environ 25 millions de dollars) et reposant d’autre part sur le jeu de ses comédiens et son scénario. Ici, point de surenchères et d’effets spéciaux dernier cri.

 

Anthony Mackie, Mark Wahlberg, Dwayne Johnson © Paramount Pictures France

 

Adapté d’un fait divers hallucinant !

No Pain No Gain s’inspire d’articles écrits par un journaliste du Miami New Times Pete Collins, centrés sur la véritable histoire de bodybuilders de Miami se retrouvant embarqués dans une série d’actes criminels sordides au milieu des années 1990. Deux d’entre eux, Daniel Lugo (Mark Wahlberg) et Adrian Doorbal (Anthony Mackie), croupissent encore aujourd’hui dans le couloir de la mort en Floride… Leur parcours meurtrier est digne d’être comparé à des polars de la trempe de Fargo ou Pulp Fiction.

 

Michael Bay et Mark Wahlberg © Paramount Pictures France

 

Le propos du film (L’envers du rêve américain), d’une noirceur très inhabituelle dans l’univers de Michael Bay…

De par son histoire et ses personnages, No Pain No Gain cherche à savoir jusqu’où l’on peut aller pour atteindre le rêve américain, et en ce sens il pose la problématique de la place de l’argent dans la société actuelle : “Le film raconte la perversion totale du rêve américain. Une partie du problème de nos vies dans un monde consumériste est qu’il est difficile de savoir quantifier le moment où l’on en a assez. Malheureusement, cette culture nous amène à nous comparer sans cesse à notre voisin”, explique le comédien Tony Shalhoub, jouant la personne kidnappée par le gang de bodybuilders.

 

Dwayne Johnson, Mark Wahlberg et Anthony Mackie © Paramount Pictures France

 

Du côté des seconds rôles, Ed Harris et Tony Shalhoub en tête…
Si le duo Wahlberg/Johnson fonctionne à merveille, les seconds rôles de No Pain No Gain ne sont pas en reste. Parmi eux, signalons Ed Harris en détective malin en charge de l’enquête. Pour l’occasion, cette fameuse gueule du cinéma américain retrouve Michael Bay après l’incontournable Rock sorti 1996. Tony Shalhoub, rendu célèbre avec la série Monk qu’il a portée pendant 8 saisons, interprète quant à lui l’une des victimes du gang, un odieux (et mémorable !) magouilleur.

 

Ed Harris © Paramount Pictures France

 

Dwayne Johnson dans un rôle à contre-emploi…
Figure emblématique du cinéma d’action US, Dwayne Johnson campe ici l’un des trois bodybuilders, un ex-taulard/cocaïnomane très croyant. Contre toute attente, ce personnage surprend par son côté… doux et influençable, qui contraste avec la brutalité du fait divers : “C’est lui qui devient en quelque sorte la conscience du public. Il apporte un peu d’humanité dans ce monde complètement absurde et fou. Cette humanité passe par des moments d’empathie, de douceur et de véritable bonté”, nous explique l’acteur.

Click Here: Aston Villa Shop

 

Laurent Schenck

 

En savoir plus sur le film…

 

No Pain No Gain

Suivez-nous sur Twitter pour connaître l’actu ciné & séries d’AlloCiné Follow @allocine

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *