En arrêtant de fumer avant la quarantaine, les femmes peuvent espérer vivre une dizaine d’années de plus! Basés sur le suivi de plus d’un million de femmes, ces résultats tendent à prouver qu’on sous-estimait jusqu’alors les dégâts liés au tabagisme et les bénéfices liés à l’arrêt.

Les femmes qui arrêtent de fumer avant 40 ans augmenteraient leur espérance de vie de 9 ans.

L’étude publiée dans la revue médicale The Lancet s’appuie sur le suivi de plus d’un million de femmes (baptisé Million Women Study). Ce suivi a permis d’évaluer l’impact de différents facteurs sur l’espérance de vie ou la survenue de maladies (certains de ces résultats avaient notamment contribué à de nouvelles recommandations pour les traitements hormonaux de la ménopause). Au total, 1,3 million de femmes ont été recrutées entre 1996 et 2001, à l’âge de 50 à 65 ans. Chaque participante a rempli un questionnaire sur son style de vie, ainsi que différents caractéristiques médicales et sociales. Toutes ont été “réévaluées“ par courrier trois ans plus tard. Les femmes ont été suivies en moyenne 12 ans. Durant cette période, 66 000 participantes sont décédées.Au départ, 20 % des participantes étaient fumeuses, 28 % étaient d’anciennes fumeuses, et 52 % n’avaient jamais fumé. Celles qui fumaient encore lors du questionnaire envoyé 3 ans après le début de l’étude étaient près de trois fois (2,97) plus susceptibles que les non-fumeuses de mourir au cours des 9 années suivantes (même si certaines ont réduit leur risque en

arrêtant de fumer durant cette période). Ce triplement de la mortalité signifie que les deux tiers des décès des fumeuses sont causés par le tabagisme (

cancer du poumon, maladie pulmonaire chronique,

maladie cardiaque ou

AVC). Ces risques sont directement liés au nombre de cigarettes fumées. Mais même pour celles qui fumaient peu (1 cigarette par jour) au début de l’étude, les taux de mortalité étaient doublés par rapport aux non-fumeuses.Selon les résultats de cette étude, les dangers du tabagisme et les bénéfices de l’arrêt seraint donc plus importants que prévus. Selon l’un des auteurs de l’étude, le professeur Sir Richard Peto de l’Université d’Oxford, “Si les femmes fument comme les hommes, elles meurent comme les hommes – mais, quel que soit le sexe, les fumeurs qui arrêtent avant 40 ans gagne en moyenne quelque dix années de vie supplémentaires“. Dans un commentaire publié dans la même revue, le professeur Rachel Huxley de l’Université du Minnesota précise que l’apogée du tabagisme féminin dans les 60’s et l’apparition tardives des maladies liés à cette pratique expliquent que les études précédentes ont jusqu’alors sous-estimé l’impact de la cigarette sur la mortalité des femmes.De plus, la consommation de tabac induit d’autres complications pour les femmes : diminution de la fertilité, augmentation du risque de fausse couche ou de

cancer du sein… Alors Mesdames, n’hésitez plus et libérez-vous de la cigarette !David BêmeSources :The 21st century hazards of smoking and benefits of stopping: a prospective study of one million women in the UK – Kirstin Pirie, Richard Peto, Gillian Reeves, Jane Green, Valerie Beral – The Lancet, Early Online Publication, 27 October 2012 (

abstract accessible en ligne)Full hazards of smoking and benefits of stopping for women – Rachel Huxley, Mark Woodward – The Lancet, Early Online Publication, 27 October 2012

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *