Les médecins généralistes sont de plus en plus souvent confrontés aux maladies consécutives aux contraintes psychologiques au travail : pathologies psychosomatiques, troubles musculo-squelettiques (qui sont souvent la première expression physique d’une souffrance psychologique) ou maladies psychiques : névroses post-traumatiques et syndromes anxiodépressifs. Le médecin traitant est en première ligne pour constater les troubles et décider d’une prise en charge médicale et psychologique, en lien avec la médecine du travail.
La dépression professionnelle est ainsi l’une des maladies professionnelles émergentes. Elle s’installe lentement et se développe sur une grande durée. Son diagnostic est difficile. Il faut tout d’abord éliminer une réaction dépressive à la suite d’un événement personnel (deuil, séparation…). Ensuite, la personne dépressive ne se rend pas tout de suite compte que ce sont ses conditions de travail qui sont en cause.

Le premier examen a le plus souvent lieu dans un état d’urgence. Il permet d’évoquer le diagnostic et d’évaluer l’importance de la dépression. L’arrêt de travail immédiat est la première décision du médecin. Dès que le diagnostic de dépression professionnelle est porté, la déclaration en maladie professionnelle doit être évoquée. La reconnaissance ne peut être obtenue que par l’expertise du Comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP).
La deuxième consultation doit permettre à la personne dépressive de commencer à comprendre sa situation. L’interrogatoire permet le plus souvent de retrouver l’évolution de la dépression. Un traitement est alors proposé ainsi qu’une aide psychologique. L’arrêt de travail, les soins et la prise en charge psychiatrique doivent être poursuivis tant que l’état psychologique n’est pas rétabli. Une visite auprès du médecin du travail permet au salarié d’évoquer la suite de sa carrière professionnelle : aménagement de poste, reclassement ou inaptitude au poste.
Dans le cas particulier des harcèlements (moral, sexuel), les victimes peuvent se tourner vers la justice pour porter plainte contre l’auteur, auprès des tribunaux des prud’hommes ou en correctionnelle.
Avec une prise en charge médicale et psychologique adéquate, et une modification des conditions de travail, guérir de la dépression et retrouver une vie professionnelle normale est tout à fait possible.
Source : Entretiens de Bichat, Médecine générale, F. Guillon, A. El Khatib, « Le médecin traitant et les pathologies professionnelles d’origine psychique », 8 septembre 2008Click Here: racing club camiseta

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *