Les recherches sur les embryons sont désormais possibles en France. En effet, les décrets concernant la loi de bioéthique, votée le 6 août 2004, viennent de paraître. Les scientifiques peuvent ainsi mener des recherches sur les embryons et les cellules embryonnaires. Mais attention, les pratiques sont très encadrées.
Click Here: camiseta seleccion argentina
Ainsi, cette autorisation est limitée dans le temps : 5 ans pour l’instant. Il faut ensuite que les travaux se justifient par des progrès thérapeutiques majeurs, et qu’aucune autre alternative n’existe. Les embryons utilisés sont uniquement les embryons surnuméraires des procréations médicalement assistées “ne faisant plus l’objet d’un projet parental“, qu’ils viennent de France ou de l’étranger. Il y en aurait 100 000 congelés dans l’hexagone. L’accord écrit des parents reste indispensable. C’est la toute récente Agence de Biomédecine qui est chargée d’examiner les demandes et de contrôler les recherches.
Un bilan sera fait au bout de ces cinq années pour déterminer l’utilité ou non de ce type de recherche. Ces cellules représentent de formidables espoirs pour les maladies cardiovasculaires et neurologiques notamment. A noter : les recherches sur le clonage restent interdites en France.Source : Communiqué du Ministère de la santé, février 2006.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *