La cheffe Hélène Darroze s’est montrée inquiète sur CNews le 7 février quant à la réouverture potentielle des restaurants au cours de l’année. Si les restrictions devenaient encore plus strictes, les difficultés financières pourraient s’aggraver pour le secteur, déjà mis à mal par la crise du coronavirus.

La cheffe étoilée Hélène Darroze est de plus en plus inquiète pour son corps de métier. Invitée sur CNews le dimanche 7 février pour en parler, elle a notamment exprimé son émoi concernant les jeunes cuisiniers de France, nombreux à subir le chômage partiel. Si le gouvernement venait à conditionner la réouverture des restaurants dans le courant de l’année 2021 à de plus strictes mesures sanitaires, la cheffe landaise craint que la situation ne soit « économiquement pas viable » pour son secteur.

La fermeture des restaurants, qui doivent donc se cantonner à la vente à emporter – dans les limites du couvre-feu généralisé à 18 heures – est « très difficile, déjà psychologiquement », fait savoir Hélène Darroze. Jurée de l’émission Top Chef, diffusée chaque année sur M6, elle sait sa « chance d’avoir beaucoup de visibilité » pour amortir les effets de la crise. Les ventes à emporter ne se portent pas trop mal dans ses établissements. « Mais ces situations ne peuvent pas durer trop longtemps », avertit-elle, en mettant notamment en avant la situation de ses confrères de petites villes qui pâtissent davantage des fermetures administratives.

« Ils tournent en rond chez eux, ces pauvres jeunes »

La crainte de la cheffe du Joya, sis à Paris, c’est que le gouvernement impose des restrictions sanitaires encore plus drastiques pour autoriser la réouverture des restaurants dans le courant de l’année. Cela pourrait entraîner un plus grand écartement des tables, et donc une baisse du nombre de clients. Dans un métier où « la masse salariale représente 35 à 45% du chiffre d’affaires, (…) si vous nous enlevez du couvert, ce ne sera pas viable », prévient-elle.

Mais Hélène Darroze ne se laisse pas abattre. Que ce soit auprès de ses candidats de Top Chef, qu’elle pousse dans leurs retranchements chaque année, ou avec ses brigades professionnelles, elle sait qu’elle doit être « un moteur ». Il en va de la responsabilité du chef de « montrer l’exemple », bien qu’elle connaisse le désespoir de certains jeunes collaborateurs. « Ils tournent en rond chez eux, ces pauvres jeunes, ils n’en peuvent plus », lâche-t-elle, désabusée.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Capture CNews

Click Here: UK football tracksuit

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *