L’immense Johnny Clegg, alias le “Zoulou blanc”, chanteur, compositeur et l’une des figures de proue de l’anti-apartheid, nous a quittés hier, mardi 16 juillet, des suites d’un cancer du pancréas. S’il laisse un grand vide derrière lui, la relève semble déjà être assuré, et par son propre fils.

Alors que Johnny Clegg s’est éteint ce mardi 16 juillet des suites d’un cancer du pancréas contre lequel il se battait depuis quatre ans, la relève du “Zoulou blanc” semble être assurée. Et il ne faut pas chercher bien loin pour trouver son fils spirituel qui n’est autre que… son propre fils.

Toujours marié au moment de sa mort avec Jennifer Bartlett qu’il a épousée il y a plus de trente ans selon la tradition zoulou, le couple a donné naissance à un fils en 1988 : Jesse. Né à Johannesburg – la capitale sud-africaine où il a grandi -, Jesse s’est rapidement tourné vers la musique lui aussi. Il faut dire qu’avec un père aussi légendaire et reconnu que Johnny, Jesse avait déjà un pied dans le business dès sa naissance, et c’est à l’âge précoce de 20 ans qu’il sort son premier album, When I wake up.

Par la suite, il s’exile plusieurs mois au Canada pour produire son deuxième opus, baptisé Life on Mars, comme un hommage appuyé à l’une de ses idoles, David Bowie. L’année suivante, il change encore de registre et revient à ses premières amours : pour le nouvel album live et unplugged de son père, il se joint aux musiciens paternels et participe à l’enregistrement, immortalisant par la même la seule collaboration entre le père et le fils.

View this post on Instagram

Happy birthday dad! Love you so much ❤️

A post shared by Jesse Clegg (@jesseclegg) on Jun 7, 2019 at 3:49am PDT

Alors que son père est atteint par la maladie dès 2015, Jesse trouve cependant l’inspiration pour sortir un troisième album en 2016, sobrement intitulé Things Unseen ; et il s’apprête à entrer en studio dans les prochaines semaines pour peaufiner son quatrième album – dont le premier single, Let it burn, est disponible depuis début juillet sur toute les plateformes.

View this post on Instagram

New single #LetItBurn available on all platforms now! Link in my bio ?

A post shared by Jesse Clegg (@jesseclegg) on Jul 10, 2019 at 5:45am PDT

Même s’il sera difficile pour lui de s’extraire de l’ombre du père – tant la trace qu’il laisse, aussi bien politique, artistique, que spirituelle, est profonde -, Jesse a tous les arguments en sa possession pour reprendre le flambeau et le porter haut.

Cliquer ici pour voir son site officiel, et ici pour découvrir son compte Instagram.

Le clip de Use Me par Jesse Clegg :

Crédits photos : Abaca

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *