L’association DMLA organise pour la 5ème année les Journées de détection de la dégénérescence maculaire liée à l’âge, une maladie dégénérative qui affecte la rétine et entraîne une perte de la vision centrale. Du 27 juin au 1er juillet, les personnes de plus de 55 ans pourront ainsi bénéficier d’un examen du fond d’œil en prenant rendez-vous auprès des ophtalmologistes participant à la campagne. Plus de 600 000 personnes atteintes

Plus de 600 000 personnes en France seraient atteintes de

DMLA, soit près de 3 % des plus de 50 ans, selon les dernières estimations. Une prévalence qui pourrait augmenter de 50 % d’ici 20 ans et même doubler d’ici 30, selon les projections de l’Insee. Parmi les facteurs de risque identifiés, l’âge et les antécédents familiaux mais également le tabagisme ainsi que plusieurs autres éléments environnementaux (maladies cardiovasculaires, hypertension artérielle, surpoids/obésité, mauvaises habitudes alimentaires).Évoluant à bas-bruit, la DMLA se manifeste par un ou plusieurs des signes suivants : – baisse de la vision (acuité, contrastes), sensation d’assombrissement, de brouillard ou de flou visuel, ternissement des couleurs ; – vision déformée (ou métamorphopsies), particulièrement repérables sur les lignes droites ; – perception d’une tache (ou scotome) dans la vision centrale ; – difficultés à distinguer les détails, notamment lors de la lecture. Il existe deux formes de DMLA, qui peuvent évoluer l’une vers l’autre : – la forme dite “humide“ (ou encore “exsudative“ ou “néovasculaire“), qui se caractérise par la prolifération anormale de petits vaisseaux sanguins sous la rétine, qui peuvent saigner et suinter dans la macula ; – la forme dite “sèche“ (ou “atrophique“), qui se manifeste par une perte brutale et importante de l’acuité visuelle. Ces deux catégories regroupent cependant une grande variété de sous-types, que les chercheurs commencent peu à peu à identifier. Pour le Dr Eric Souied, ophtalmologiste et président de l’association DMLA, “la compréhension physiopathologique de la maladie passe par l’identification des gènes. […] Notre objectif est de pouvoir, peut-être dès 2013, proposer un test à tous les patients dès la découverte des premières lésions du fond d’œil. En effet, le génotype (profil génétique) indique si l’on se dirige ou non vers une forme grave de DMLA, et permet d’adapter la prise en charge le plus tôt possible“.Seule la forme “humide“ bénéficie de traitementsÀ ce jour, seule la forme “humide“ bénéficie de

traitements capables de freiner son évolution. Le traitement de référence repose sur des injections intra-vitréennes d’antiVEGF (

Lucentis ®) capable de s’opposer à la formation de nouveaux vaisseaux. Très contraignant, ce traitement nécessite un suivi rapproché pour déterminer le meilleur moment pour réinjecter. D’autres travaux sont en cours, notamment sur les modes d’administration des médicaments (par voie générale, via des implants, etc.), avec l’espoir qu’ils aboutissent à de meilleurs résultats que ceux obtenus lors des essais sur des collyres. S’il n’existe pas de traitement pour la forme “sèche“, les patients qui en sont atteints doivent néanmoins faire l’objet d’une surveillance régulière, de façon à ce que les complications soient traitées à temps et qu’ils bénéficient d’une

rééducation basse vision. Ce travail au long cours permet aux personnes motivées d’exploiter au mieux leurs capacités visuelles, en développant notamment leur vision périphérique, et ainsi de conserver la plus grande autonomie possible. Prenez rendez-vous

Les ophtalmologistes se mobilisent donc une nouvelle fois pour sensibiliser le grand public à cette maladie en réservant certaines plages horaires dans leur consultation, du lundi 27 juin au 1er juillet. Le dépistage de la DMLA, qui repose sur un examen du fond d’œil, sera soit gratuit, soit facturé au tarif conventionné de la Sécurité sociale (pas de dépassement d’honoraires). Il est conseillé aux personnes ciblées par la campagne (les plus de 55 ans ainsi que celles qui sont les plus à risque en raison d’antécédents familiaux) de prendre rendez-vous auprès des ophtalmologistes participant, dont la liste est disponible sur le

site Internet ou au n° Vert 0 800 00 24 26. Amélie PelletierSourceDossier de presse de l’Association DMLA, Juin 2011Site Internet des

Journées DMLA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *