Jean-Jacques Goldman a enfin rendu disponible son catalogue sur les plateformes de streaming, et cette décision va lui rapporter gros. En bon businessman, le chanteur a négocié un contrat très avantageux avant de prendre sa retraite.

Jean-Jacques Goldman s’est retiré de la scène médiatique, mais ce n’est pas pour autant qu’il ne vit plus de sa musique. Personnalité préférée des Français à huit reprises, il touche toujours des royalties dès qu’un de ses titres et albums est acheté, et qu’un de ses nombreux titres passe à la radio. Le chanteur de Je marche seul, qui a sorti son dernier album en 2001, s’est longtemps contenté de ces sources de revenus, sans céder au streaming.

Après des années de résistance, il a enfin dit “oui” à ce nouveau mode de consommation. Ce vendredi 23 août, les internautes fans de variété française se sont réjouis d’apprendre que ses chansons sont désormais disponibles sur Spotify, Deezer et Apple Music. Une décision tardive, qui va lui rapporter gros. Avant de prendre sa retraite, Jean-Jacques Goldman a su négocier un contrat juteux : alors que la plupart des artistes touchent environ 10% de droits d’auteur et de royalties, il en perçoit au moins 25.

Une situation plus que confortable, qui ne pourra que s’améliorer après son passage à ce nouveau mode d’écoute, responsable de l’augmentation de 12,7% de la consommation de musique en début 2019. Comme le directeur des relations avec les labels de Deezer l’a déclaré au Parisien, “les plateformes de streaming reversent 70 % de leurs revenus aux labels, éditeurs, ayants droit. Ensuite tout dépend du contrat de l’artiste avec son producteur“. Au vu des termes de son contrat, Jean-Jacques Goldman risque donc d’ajouter un montant non négligeable à son capital. Mieux vaut tard que jamais.

Crédits photos : Bestimage

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *