La 3ème Journée mondiale des toilettes a lieu le 19 novembre à l’initiative de la World Toilet Organization (WTO). Cette organisation singapourienne souhaite attirer l’attention du grand public sur les difficultés de l’accès aux toilettes pour 2,5 milliards de personnes dans le monde, soit 40 % de la population mondiale ! Le fondateur de cette organisation, Jack Sim, s’est engagé face à ce qu’il considère, à juste titre, comme un scandale dissimulé, un “affront de grande échelle à la dignité humaine“. En effet, le sous-équipement sanitaire, en particulier en Asie du Sud et en Afrique, a des conséquences dramatiques : déféquer en plein air contamine les sols et les eaux potables (bactéries, virus, parasites contenus dans les selles humaines), exposant les populations à des risques infectieux, en particulier à la diarrhée par ingestion d’eau contaminée. Tous les jours, des milliers d’enfants dans le monde décèdent à cause de la diarrhée… 

Il faudrait donc un investissement financier important afin de mettre fin à cette situation, investissement qui pourrait se débloquer si les pays occidentaux et leurs entreprises sont sensibilisés à cette question. Cette année, 53 pays célèbrent cette journée de mobilisation placée sous le thème “We deserve better“ (“nous méritons mieux“). Le “nous“ de cette phrase englobe : – Les 2,5 milliards de personnes qui n’ont pas accès à des sanitaires corrects.- Les toilettes elles-mêmes, qui “méritent un meilleur statut social“ selon l’organisation, qui souhaite encourager les entreprises à transformer les toilettes en objets “désirables, afin de décourager la défécation en plein air“.
– Les personnes chargées du nettoyage des sanitaires, qui méritent “une meilleure paie, du respect et des perspectives“.
Dans le cadre de cette journée, plusieurs entreprises françaises (Point WC, Evolance, Roca, Laufen, Dyson, Renova et Horay) présentent le 19 novembre au public dans leurs boutiques et représentations leurs dernières nouveautés en matière de toilettes.
De son côté, le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies vient de nommer Catarina de Albuquerque comme expert indépendant sur les droits de l’homme relatifs à l’eau potable et à l’assainissement, faisant espérer une coordination mondiale efficace dans la résolution de cette situation.Source : Communiqué de presse de la WTO. 19 novembre 2008Click Here: los jaguares argentina

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *