Aux Etats-Unis, l’obésité est un fléau qui coûte de plus en plus cher à la société. Alors qu’un rapport vient de pointer l’impact financier de cette épidémie de surpoids, l’ancien président Bill Clinton estime que ce problème de santé publique met en péril l’espérance de vie des jeunes générations, qui pourrait devenir les premières à vivre moins longtemps que leurs parents.

Le 27 juillet 2009, une étude montrait que l’obésité représentait près de 10% des dépenses de santé au Etats-Unis, en hausse de 3 % depuis 1998. Rien que pour l’année 2008, cela représentait 147 milliards de dollars ! Mais au-delà de l’aspect financier, c’est bien d’un problème de santé publique qu’il s’agit comme l’a rappelé l’ancien président Bill Clinton lors d’une conférence baptisée “Le poids de la nation“. L’obésité qui touche près d’un tiers des enfants et des adolescents américains pourrait faire de cette jeune génération la première à avoir une espérance de vie inférieure à celle de leurs parents. Comment lutter contre ce fléau ? “Nous savons qu’une prévention et une lutte efficaces contre l’obésité infantile offre une vie plus longue et plus saine“ déclarait Clyde Yancy, présidente de l’American Heart Association lors de la même conférence.En France, les chiffres sont certes plus faibles, mais les conséquences de l’obésité sur la santé restent identiques : diabète, cancers, maladies cardiovasculaires… Pour enrayer ce phénomène plusieurs initiatives ont prouvé leur efficacité en luttant contre la sédentarité et la malbouffe.parmi elles, EPODE (“Ensemble Prévenons l’Obésité Des Enfants“) obtient des résultats étonnants.Né en 2004 à la suite d’une étude menée dans le nord de la France, le programme EPODE coordonne les actions de prévention des associations, des politiques et des pouvoirs publics. Son objectif est simple, mais complexe à réaliser : modifier progressivement et en profondeur les habitudes alimentaires, tout en augmentant l’activité physique de chacun.
Financé par des partenaires publics comme privés, EPODE montre des résultats très positifs. Entre 2005 et 2007, les villes pilotes ont enregistré une baisse de la prévalence de l’obésité de 11 % en moyenne (entre 10 et 15 % selon les agglomérations).
Les initiatives d’EPODE sont multiples : des traçages au sol (marelles, cages de football… ) pour inciter les élèves à se dépenser, à la suggestion de promotion des supermarchés sur les fruits et légumes et autres produits “sains“…Initialement lancé dans 10 villes pilotes en France, ce programme a aujourd’hui été adopté par 167 villes.
Sources :
Epode.fr, août 2009
Annual Medical Spending Attributable To Obesity : Payer- And Service- Specific Estimates, Finkelstein, Health Affairs, July 27th 2009
Press Release: President Clinton Highlights Economic Impact of Obesity Epidemic on Healthcare – Cinton Foundation

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *