Sylvie Vartan et Tony Scotti se sont dit ‘oui’ en 1984, seulement trois ans après leur rencontre. Pourtant , malgré tout cet amour, la chanteuse n’a jamais pu s’empêcher de parler de son histoire avec Johnny.

En 1981, Sylvie Vartan se remet à peine de sa rupture avec Johnny Hallyday. Il était son premier amour et avait vécu avec elle ses premières folies. C’est aussi cette année-là que la star des yéyé rencontre l’acteur et producteur Tony Scotti. Entre eux, c’est l’évidence. Le coup de foudre. Tony permet à Sylvie d’avancer, d’oublier, de soigner les plaies du passé. Ensemble, en 1997, ils adoptent Darina et se construisent une vie à trois. Sylvie est alors heureuse et le fait savoir. « J’étais une femme tranquille, sereine, quand je l’ai rencontré. Je vivais avec mon fils et ma mère. J’étais apaisée. Bien sûr, le divorce avait un goût amer – on a toujours un sentiment d’échec quand une histoire n’aboutit pas. Honnêtement, j’ai eu un coup de foudre. (…) Il est plus qu’un mari. Il est de mon sang. On s’est mariés trois ans après notre rencontre. Nous n’avons pas pu avoir d’enfants ensemble. Il y avait David puis nous avons adopté Darina… j’aurais aimé une grande famille. »

Pourtant au fil des années, à chaque promotion, Sylvie a toujours souhaité revenir sur son passé. Parler de Johnny était pour elle un moyen de rendre hommage à cette histoire hors du commun, qu’elle définit comme « une folie de jeunesse », « un premier amour irremplaçable ». Son époux Tony Scotti aurait pu en avoir assez d’être toujours dans l’ombre du Taulier. Mais ce n’est à priori pas le cas !

Dans le portrait accordé à Sylvie Vartan dans les colonnes de Libération, l’époux de la chanteuse explique que « c’est Muffin le number one de la famille ». Ce n’est donc ni Tony, ni Johnny mais bien Muffin le bichon chéri qui a toutes les faveurs de Sylvie. Aucune raison donc d’exprimer une once de jalousie !

Crédits photos : ABACA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *