Quand vous achetez un téléphone portable de la marque Samsung, vous êtes en droit de penser qu’il a été fabriqué en respectant les droits de l’Homme. Car le géant sud-coréen et sa filiale française le clament haut et fort, leur objectif est de devenir l’entreprise la plus éthique du monde. Des paroles en l’air selon l’ONG Sherpa qui vient d’obtenir la mise en examen de Samsung France pour pratiques commerciales trompeuses : “Les travailleurs travailleraient entre douze à quinze heures par jour. Parfois 7 jours sur 7”, explique Marie-Laure Guislain de l’organisation non gouvernementale.Des enfants exploitésCe sont les usines chinoises et sud-coréennes qui sont concernées. Dans le dépôt de plainte, plusieurs témoignages et des photos sur lesquelles on distingue plusieurs enfants. “Ça prouve la présence d’enfants de moins de 16 ans dans ces usines, qui travaillent autant d’heures que les adultes, qui sont pourtant payés 70% de moins”, précise Marie-Laure Guislain de l’ONG Sherpa.Samsung n’a pas souhaité répondre aux demandes d’interview de France 2 mais conteste le bien-fondé de cette plainte.Le JT

  • JT de 20h du mercredi 3 juillet 2019 L’intégrale

Les autres sujets du JT

  • 1

    Tripoli : un bombardement fait 44 morts dans un camp de migrants

  • 2

    Baccalauréat : bras de fer pour les résultats

  • 3

    Accord entre l’UE et le Mercosur : les agriculteurs craignent une concurrence déloyale

  • 4

    UE – Mercosur : la classe politique française juge l’accord mauvais

  • 5

    Raymond Barre : l’ancien Premier ministre a-t-il caché 7 millions d’euros en Suisse ?

  • 6

    Fraude fiscale : Bercy se dote d’une nouvelle brigade d’enquêteurs

  • 7

    Harcèlement en ligne : un adolescent témoigne

  • 8

    Savoie : une coulée de boue bloque la ligne Paris-Milan via Modane

  • 9

    Travaux publics : des retards causés par une pénurie de granit

  • 10

    Surgelés : les clients boudent la livraison à domicile, concurrencée par de nouveaux acteurs

  • 11

    Albanie : des plages encore préservées du tourisme de masse

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *